Les aliments, des alliés pour la vue

« Finis tes carottes, t’auras de bons yeux ! » Parfois, la sagesse populaire a du bon. Alors pourquoi ne pas s’y fier ? Oui, une alimentation saine peut contribuer à préserver votre capital vision. Oui, certains nutriments plus que d’autres sont essentiels à la santé oculaire. I Am Divas vous livre le secret de ces aliments que vous mangerez désormais… les yeux fermés.

Aliment pour la vue

Pollution, UV, écrans d’ordinateurs ou de smartphones, lumières artificielles… Avec la vie que nous menons actuellement, nos yeux sont constamment exposés à diverses agressions. Au point que parfois, on en subit les désagréments : picotements, larmoiements, maux de tête, etc.

Or, des études l’attestent, pour prévenir ces problèmes, ou simplement améliorer la performance visuelle, il suffit d’adopter une hygiène de vie et une alimentation adéquates. Et même dans le cas de certaines maladies comme la myopie – quand elle est évolutive –, le syndrome de l’œil sec ou la rétinopathie diabétique, il n’est pas rare que le traitement traditionnel s’accompagne d’un régime spécifique.

Mais comment identifier les bons nutriments ? Et, surtout, où les trouver ? Pour vous aider à y voir plus clair, voici en trois règles simples, quelques éléments de réponse.

Règle n°1 Faites le plein de vitamines

En théorie : Anti-oxydantes, les vitamines jouent un rôle primordial dans la protection de la rétine. A, C et E, c’est la combinaison gagnante. Contribue à une meilleure vision nocturne, la  A dont la carence  est la principale cause de cécité chez les personnes qui souffrent de malnutrition. La E, elle, diminue le risque de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) et de cataracte. Tout comme la C qui, très concentrée dans le cristallin – la lentille de l’œil –, en prévient l’épaississement.

En pratique : Des vitamines, il y en a partout : la A est présente dans les aliments d’origine animale comme le foie, les œufs ou le lait, mais aussi dans certains fruits et légumes comme les carottes, les mangues ou les épinards ; pour ce qui concerne la C, consommez surtout des agrumes, des fraises, des framboises, des kiwis, des poivrons ou des brocolis ; et pour la E, les huiles (soja, arachide, tournesol…), les céréales et les noix.

Aliments pour la vue

Règle n°2 De la couleur dans votre assiette

En théorie : Du vert, de l’orange, du jaune… Il ne s’agit pas seulement de faire joli ou de réveiller votre appétit – ça marche aussi ! –, mais avant tout de profiter des pigments présents dans certains aliments. Deux d’entre eux en particulier, la lutéine et la zéaxanthine, agissent comme une armure au centre de la rétine – ce qu’on appelle la macula. Ils filtrent la lumière et empêchent l’oxydation des tissus sains. Enfin, n’oubliez pas que le béat-carotène contenu dans les aliments rouges et jaunes, est converti en vitamine A par votre organisme. Que du bonus !

En pratique : Epinards, brocolis, choux verts, maïs, clémentines, potirons, carottes… Vous avez l’embarras du choix.

Règle n°3 Ne négligez ni les minéraux ni les acides gras essentiels

En théorie : Le zinc, le chrome et le sélénium sont des oligo-éléments. Ces minéraux sont indispensables à l’absorption des vitamines anti-oxydantes par les cellules. Ils en freinent le vieillissement

Les oméga 3 ou acides gras insaturés, quant à eux, entrent dans la composition des cellules de la rétine et participent également au confort de la vue. Leurs qualités anti-inflammatoires aident à prévenir de nombreuses maladies comme le glaucome.

En pratique : Des minéraux, on en en trouve dans les fruits de mer – notamment les huîtres –, les noix, les graines et les grains entiers, les viandes, le fromage, les champignons, le yaourt… Par ailleurs, les poissons d’eau douce (saumon, maquereau), les graines de lin broyées, les algues et les noix sont riches en oméga 3.

Mettez vos yeux à la diète !

Néfaste pour la santé en général, une alimentation trop riche en sucres et en gras saturés constitue un danger majeur pour la vue : les gras saturés obstruent les vaisseaux sanguins qui irriguent l’œil et activent l’inflammation des tissus. Ce qui démultiplie les risques de dégénérescence maculaire. Les sucres, eux, provoquent le diabète et, avec lui, un certain nombre de troubles oculaires dont la rétinopathie.

Gare enfin à l’alcool qui diminue le champ visuel et altère la vision nocturne. D’autant que, c’est prouvé, une consommation fréquente et excessive est une des causes de la cataracte.

Le saviez-vous ?

Pour mieux profiter des apports de certains fruits et légumes, il vaut mieux les déguster… légèrement cuits. En effet, consommés crus, ils peuvent se révéler difficiles à digérer car une fois dans l’intestin, ils fermentent et gonflent. C’est le cas de la tomate ou encore des légumes de la famille du chou. En revanche, trop cuits, ils perdent leur saveur et leurs qualités nutritionnelles. Une cuisson courte à la vapeur douce, inférieure à 97°C, est la solution optimale.

Si néanmoins, vous préférez le cru, sachez qu’en jouant sur les associations d’aliments vous pouvez amoindrir les risques de ballonnement. Par exemple, la teneur en acide d’une tomate peut être contrebalancée par les propriétés basiques de la laitue.

Par Betty Ntonye