Que la lumière soit ! (5/5)

Un film qui tient la route, un casting en or. Mais aussi et surtout une manière de reconnaître à leur juste valeur ces trois Afro-américaines longtemps reléguées dans les oubliettes de l’histoire.

970770531

Les Figures de l’ombre est un film adapté d’un ouvrage de Margot Lee Shetterly, qui célèbre les brillants parcours professionnels de trois scientifiques afro-américaines.

Derrière chaque grand homme, se cache une femme et parfois même plusieurs… John Glenn, fut le premier Américain à effectuer un vol orbital autour de la Terre, le 20 février 1962.  Cet astronaute n’aurait pu devenir un héros national sans les indispensables contributions de la  mathématicienne Katherine Johnson, de la physicienne Mary Jackson et de l’informaticienne Dorothy Vaughan. (Les portraits de chacune sont à découvrir sur iamdivas.com)

L’histoire se déroule au début des années 1960, sous le gouvernement de John Fitzgerald Kennedy. Malgré  leurs talents, les héroïnes évoluent dans un environnement complexe. Ségrégation et sexisme font partie intégrante de leur quotidien. Etre femme et noire constitue alors un double handicap dans le contexte de cette époque.

Ces  surdouées ont dû faire preuve de persévérance et d’intelligence et ainsi laisser des traces indélébiles de leur passage dans l’histoire de la NASA, que des hommes blancs s’étaient appropriés pendant de longues années. Malheureusement oubliés dans les livres d’école, leurs actes sont enfin célébrés par Hollywood.

Le casting est à la hauteur. On est surpris par Taraji P.Henson, exceptionnelle dans un registre qui ne lui est pas familier mais qu’elle maitrise à la perfection et par Janelle Monae, absolument séduisante pour son premier rôle et jeune actrice prometteuse.  Quel plaisir visuel de revoir Kevin Costner à l’écran en homme sensible, directeur du programme spatial ! Ce bel homme de 62 ans n’a pas pris pour ainsi dire de rides. Il a confié à nos confrères de GQ qu’il a accepté de jouer dans Les Figures de l’ombre, pour “informer sur la condition des femmes afro-américaines des années 1960, et pas n’importe lesquelles : des scientifiques de haut vol, travaillant pour la Nasa, qui n’étaient pas reconnues à leur juste valeur.”

La date de sortie du film fixée au 8 mars, coïncide avec la Journée internationale de lutte des femmes pour l’égalité des droits. L’occasion de découvrir trois héroïnes qui ont permis aux Etats-Unis d’entreprendre en tête cette course que fut la conquête de l’espace.

Par Hapsatou Doro