A lire : No Home de Yaa Gyasi

Celle qui était libre et celle qui était esclave

Yaa-Gyasi

Yaa Gyasi

 

Effia et Essy. Deux demi-sœurs, deux destins. Nous sommes au Ghana, au XVIIIème siècle et la traite négrière est à son apogée sur le continent africain. Effia deviendra l’épouse du capitaine britannique du fort de Cape Coast et sera traitée à la hauteur de son rang. Essi, quant à elle, sera capturée, enchaînée et jetée dans la cale d’un bateau négrier. Son voyage se terminera en Amérique dans un champ de coton où ses doigts saigneront au contact des épines et usera son dos sous le chaud soleil du Maryland. No Home, c’est le récit de l’autopsie d’un arbre généalogique à deux branches. On y apprend ainsi l’évolution du Ghana à travers un petit village avec ses moeurs et coutumes. Un procédé qui rappelle la technique de Maryse Condé à l’occasion de son illustre saga nommée Ségou.

Par Marella Lumbila.

no-home-857174

No Home de Yaa Gyasi, Editions Calmann Lévy, 21,90€