Big John de Paname, mise en boîte

 

A 35 ans, Big John, ex-basketteur pro aujourd’hui comédien, est l’auteur de Souvenirs et indiscrétions d’un gardien du temple des nuits parisiennes (Anne Carrière Editions). Ce sont dix ans d’expérience à l’entrée des clubs huppés de la capitale qui sont retracés. La morale de son histoire : être un “physio” n’est pas une tare, c’est un vrai métier.

IMG_2170

Celui que l’on surnomme “Big John de Paname” mesure 1,97m pour 115 kilos. De ses grands-parents mauricien et algérien, il a hérité d’un teint caramel, et d’une ouverture d’esprit sans faille. De son adolescence dans une cité, il a développé l’art de charrier. Derrière sa monture de lunettes à la mode est vissé un regard franc.

Le physio ou videur, est un instinctif, il vous dit en un instant si vous avez le privilège ou non d’entrer dans ces temples de la nuit que sont les boîtes. Au fil de 200 pages, on découvre des femmes et des hommes qui font les yeux doux pour entrer dans les petits papiers du « gardien » de l’entrée, les paroles racistes, les comportements déplacés de petits capricieux au col blanc, des banlieusards très bien élevés, ou encore des gens prêts à s’acquitter d’un bakchich de 10 000 euros pour se frayer un chemin rapide. L’habit ne fait pas le moine, Big John peut en témoigner à la perfection.  Qu’est-ce que ses yeux n’ont pas vu, ou ses oreilles entendu ? Parmi les « perles »… Une cinquantenaire bourgeoise recalée : “Le seul droit qu’on devrait donner aux Arabes, c’est celui de se laver. » “Mec, si tu me laisse pas entrer, je te pisse dessus ! » Etc.

Comment est née ton envie d’écrire ce livre?

Depuis pas mal d’années je voulais faire un programme court sur le milieu de la nuit. Pour rire, je me suis amusé à poster mes anecdotes sur les réseaux sociaux. Certaines étaient si hilarantes qu’un éditeur m’a contacté pour en faire un livre.
Quel est ton principal travail aujourd’hui ou ton futur grand projet?

Je bosse avec une boîte de production sur l’adaptation du livre en format court pour la télévision. Je développe également un autre projet de série pour la nuit. J’organise aussi des soirées, et je mixe aussi de temps en temps dans les clubs ; Jangal, Angie, aux Bains Douches ou encore à la terrasse des Galeries Lafayette. Et si vous ajoutez à cela ma carrière d’acteur, je l’avoue, j’ai un emploi du temps bien rempli.

As-tu un regret particulier ?

J’ai un an et demi de notes. Si j’avais tout noté depuis dix ans, j’aurais fait un livre de 500 pages !

As-tu éprouvé des satisfactions particulières quand tu étais « physio »  pour « Le Baron » ?

Je suis heureux d’avoir pu permettre aux gens de s’amuser, à des couples de se former, et peut-être de déconstruire certains clichés.
As-tu gardé les vrais prénoms des protagonistes?

Non, je me devais de garder un minimum de secret professionnel, on parle de vie privée et je ne voulais pas que les gens soient reconnus.

As-tu envie de faire passer un message particulier?

Ce livre est plus qu’un livre sur la nuit, il est un observatoire des comportements de notre société. Il parle de discrimination, de tolérance, il fait parfois rire, pleurer et peut donner froid dans le dos. Chacun se fera sa propre lecture, mais il faut l’ouvrir pour le comprendre.

Souvenirs et indiscrétions d’un gardien du temple des nuits parisiennes, Big John de Paname, Anne Carrière Editions

Propos recueillis par Ekia Badou