Black Lives Matter, l’antiracisme au féminin

C’est l’histoire d’un mouvement politique, né d’un profond sentiment de révolte et d’indignation face à l’horreur du « système » policier américain, et devenu l’un des plus importants du monde. Et ce sont les femmes qui mènent le jeu ! Rencontre avec des militantes.

Texte Rokhaya Diallo. Photo Kiritin Beyer. 

Le 13 juillet 2013, le meurtrier du lycéen américain Trayvon Martin est acquitté. George Zimmerman, vigile improvisé dans son quartier de Floride, avait repéré un

« homme » noir « suspect » selon ses termes. En réalité, il s’agissait d’un ado sorti pour acheter des bonbons. Pourtant un an plus tard, un jury populaire acquittera George Zimmerman estimant que sa suspicion était légitime. Ce sera l’origine de la révolte d’Alicia Garza. Sitôt le verdict connu, la jeune Californienne noire poste sur son mur un message relayé par nombre de ses amis : « Je vous aime, je nous aime. Nos vies comptent. ». Son amie Patrisse Cullors lui répond en ponctuant son message d’un hashtag #blacklivesmatter (les vies noires comptent). Et c’est leur amie new-yorkaise Opal Tometi, émue par les mots de sa camarade, qui a l’idée de lui donner un écho sur Internet en mettant sur pied une plateforme.

Abonnement !