Cover Story : KAREEN GUIOCK L’IMPÉTUEUSE

Karren Guiock Divas

KG ou la passion journalistique. Un cliché, comme il en existe tant dans le métier ? Mais alors comment expliquer que la demoiselle from Guadeloupe-Martinique-Guyane écrivait déjà des articles, alors qu’elle était au collège ? Qu’elle était en 1996, à 18 ans, rédactrice en chef d’un mag, « Cocktail » ? Et qu’elle allait, plus tard, briller dans les médias fondamentaux : radio (Tropiques FM) comme télé (La chaîne africaine, TV5 Monde, Canal France International) ? La « petite » qui grandit, grandit, empruntera la voie royale à partir de 2001 : elle entre à la chaîne nationale M6 avec l’émission « Turbo », puis ce seront les journaux télévisés où elle fera des étincelles comme « rubriqueuse »… Pour enfin s’imposer, depuis 2012, dans le JT de 12h 45, aux yeux de la France profonde.

KG ou le paradoxe du journaliste. Tous les jours, elle est là, sur le plateau des infos, présentant les news les plus dramatiques ou lançant les reportages les plus légers, « bridée » par cette fameuse objectivité. Ah, l’objectivité de la presse ! Mon oeil ! Qui peut décrire la tension de la présentatrice de JT, écartelée entre ce cerveau qui présente et analyse et ce coeur qui bat à n’en plus finir ? Cet écart entre le dire et le faire ? Ou plutôt entre le dire et le pleurer parfois quand on rentre chez soi, déprimée par les tragédies du monde. Et Kareen Guiock incarne ce paradoxe au plus haut degré ; elle est sourire mais aussi impétuosité. Une femme « doucine », tout sourire, mais aussi une femme « doubout », toujours prête à tous les combats pour ses valeurs.

Cette tête bien faite sur un corps parfait (ce n’est pas nous qui l’affirmons, madame, ce sont les photos, p.18 et suivantes), c’est ce que nous avons voulu découvrir. Vous nous suivez ? 

Abonnement !