Gaëlle Prudencio : « J’ai fait de ma différence une force. »

Cette « influenceuse » d’origine sénégalaise s’est engagée à lutter contre les canons de beauté en vigueur, afin que les femmes voluptueuses comme elle aient enfin leur mot à dire.

gaelle_prudencio

Sa plateforme personnelle, gaelleprudencio.com, sert, à ses yeux de porte-voix pour Body Positive, un mouvement féministe venu des États-Unis qui consiste à accepter son corps et à affirmer qu’il n’existe pas une seule beauté. Elle expose, photo à l’appui, ses aventures vestimentaires mais elle poste aussi des billets d’humeur ; sur ce site, « je réagis à certains sujets autour de la mode grande taille, ainsi que de l’acceptation de soi », précise-t-elle.

Cover girl de Winkler Magazine, égérie de la marque Pauline et Julie, Gaëlle n’a pas toujours été la jeune femme épanouie — « bien dans ses baskets » comme elle dit – que l’on connaît. D’ailleurs, elle se souvient encore avec acuité d’une expérience humiliante qu’elle a vécue au Sénégal : « J’étais en maillot de bain sur la plage et j’ai été raillée, insultée, toute l’après-midi, raconte-t-elle. Ce qui montre bien qu’en Afrique, à cause des médias, les canons de beauté sont autant standardisés qu’ailleurs ! ».

En 2013, la pétulante fashionista a ouvert à Dakar une boutique  éphémère dédiée aux femmes rondes. Une manière pour elle d’encourager ses  clientes à suivre son exemple et à « faire de leur différence une force ». On lui doit également la création du French Curves, un challenge fashion, qui fait toujours sensation sur les réseaux sociaux : il s’agit de réunir les blogueuses francophones taille 42 et plus qui ont pour mission de composer une tenue sur un thème donné le 16 de chaque mois.

Son objectif ? Montrer que la mode n’est absolument pas une question de taille. Pari réussi.