Géraldine Robert, basketteuse engagée

Géraldine Robert a voué sa vie au basketball… ou presque. Car cette franco-gabonaise, maman hyperactive de Maydden, 15 ans, se consacre également à Yemaly, l’association qu’elle a créée en 2009 pour venir en aide aux enfants gabonais.

basket

A 35 ans, Géraldine Robert ponctue sa carrière en beauté. A l’issue de l’Afrobasket en 2015, elle a remporté deux trophées (meilleure marqueuse et meilleure rebondisse), et a été classée dans le top 5 des joueuses de la compétition. Une consécration pour cette surdouée du basket, qui contrairement à la plupart de ses co-équipières, a débuté ce sport sur le tard. “J’ai commencé à jouer à 15 ans pour faire comme mes amies, confie-t-elle. Je suis donc très heureuse de mon parcours aujourd’hui”. A son palmarès, forgé au fil de ses participations à différents clubs européens, Géraldine compte, entre autres : une coupe d’Angleterre en 2005, une coupe de France en 2013, une victoire de la ligue féminine de basket en 2014 et l’Eurocoupe l’an dernier.

Dommage qu’avec un tel talent, elle n’ait pas été plus souvent sélectionnée en équipe de France. Mais l’heure n’est plus aux regrets pour Géraldine, fière par ailleurs d’avoir également porté les couleurs des Panthères du Gabon, son autre patrie.

UNE HISTOIRE D’AMOUR ET DE PARTAGE

Le Gabon. C’est la que Gégé, comme on l’appelle, a vécu jusqu’à ses 18 ans. Originaire de Port-Gentil, elle reste attachée au pays qui l’a vue naître. Tous les ans, à Noël, dans le cadre de Yemaly, elle y retourne pour distribuer matériel scolaire et jouets à des enfants défavorisés. ” Décembre dernier, j’étais à Libreville avec l’association Phil & Tropy, raconte-t-elle. J’en garde un souvenir inoubliable.”

L’objectif de la sportive : donner autant qu’elle a reçu, Adolescente, elle n’avait pas toujours accès aux structures adéquates pour s’entraîner et, n’eut été le soutien de “personnes bienveillantes”, elle ne serait sans doute jamais devenue professionnelle. Aussi a-t-elle mis en place des sessions de basket à Libreville et Port-Gentil. Des camps de deux semaines au cours desquels une soixantaine de jeunes entre 8 et 16 ans apprennent la discipline sportive, ainsi que des valeurs telles que le respect d’autrui et des règles.

Et le résultat est concluant : deux jeunes issus de ces sessions ont intégré l’équipe nationale féminine cadette du Gabon, et un troisième a rejoint l’équipe Espoirs de Gravelines. D’autres encore sont en voie de professionnalisation. A peine le temps de s’en féliciter que déjà Géraldine est sur un autre chantier : la construction de terrains de basket avec le concours de grandes entreprises et d’institutions sportives locales.

Par Ekia Badou.