Management : Le dirigeant

Les outils qui marchent, les bonnes pratiques, les témoignages parfois et aussi les actualités liées au management.

Cette semaine, nous allons vous parler du mal aimé ou mal compris dans toutes les organisations : le dirigeant.

Les grandes entreprises, celle qui prospèrent et font mouche dans leur secteur sont intimement liées à leur dirigeant. En effet, qu’aurait été Apple sans son visionnaire fondateur, Steve Jobs? Que serait devenu Oracle sans le narcissique et charismatique Larry Ellison? UBA sans Tony Elumelu? L’Oréal sans Lindsay Owen-Jones? Estée Lauder, sans sa fondatrice éponyme. Bref des exemples de dirigeants ayant fait la renommée d’une entreprise nous en connaissons tous au moins un.

La femme qui nous inspire aujourd’hui est Janine Diagou, directrice générale de la NSIA, l’une des plus grandes compagnies d’assurance en Afrique.

Dans cet article, nous égrènerons trois caractéristiques que les dirigeants visionnaires, charismatiques et parfois hubris ont en commun: le leadership personnel, le pouvoir et la légitimité. Ces sont ces trois caractéristiques qui font le leadership stratégique.

Par leadership personnel, nous entendons les capacités qui ont été développés par le dirigeant pour conduire un groupe d’individus afin d’atteindre un objectif ou un but commun.

Par pouvoir, nous mettons la lumière sur un ensemble de ressources matérielles et autres, dont dispose le dirigeant afin d’agir au quotidien.

Par légitimité, nous entendons la reconnaissance et parfois l’évidence pour les parties prenantes des droits du dirigeant à diriger.

C’est l’agrégation de ces trois capacités en plus d’autres qualités qui habillent le dirigeant, définissent son aura et mettent en lumière son leadership stratégique.

Quand nous parlons de leadership stratégique, nous sommes dans une approche globale de la vision du dirigeant. Ici, il s’agit du pilotage d’un « comité de direction » en plus de toutes les autres attributions qui sont les siennes. Le dirigeant qui en plus d’avoir une connaissance précise de tous les pans de son entreprise, se trouve être un fin manager, car rappelons-le, le dirigeant partage sa vision avec les femmes et les hommes de l’entreprise pour en faire une vision commune.

Parler de leadership stratégique, chère divas, c’est une invitation que nous vous lançons vers une manière de gouverner qui s’assimile à une forme d’art de la gouvernance. Revoyez votre conception du leader, cheminez alternativement entre bâtir votre pouvoir pour diriger efficacement tout en cultivant votre légitimité par l’exemplarité.

Chères divas, ce billet est une invitation particulière qui vous est adressée, celle de distinguer les discours philosophiques des outils aidant votre développement pour en faire un art de vivre.

Afin de vous y aider, nous vous recommandons par exemple de vous plonger ou replonger dans les écrits de Marc Aurèle, auteur des Pensées pour moi-même, l’un des manuels indispensables à tout dirigeant et qui illustre parfaitement le dialogue permanent qui devrait devenir une discipline pour chacune, entre l’exercice du pouvoir et la méditation sur le pouvoir.

La lecture de l’Empereur-philosophe vous aidera à comprendre et à pratiquer dans votre entreprise: la discipline du désir, de l’éthique et du jugement.

Les divas, la question que nous vous invitons à vous poser à l’issue de la lecture de cet article est: « comment dois-je diriger mon entreprise? ». Pour paraphraser les philosophes perfectionnistes qui se sont demandés: « comment devons-nous vivre? ».

Enfin, nous vous invitons à explorer les différentes pratiques de ceux qui à vos yeux sont des managers emblématiques et à vous questionner sans cesse.  Le leadership, c’est aussi la capacité à se soumettre à un questionnement intellectuel sur ses pratiques et celle des autres.

Pour finir, prenons le temps de laisser ces mots résonner en nous: « Chacun vaut ce que valent les objectifs de son effort. »

IAMDIVAS

Octavie NDOGO-MENVIE, consultante RH & coach professionnel