Magic System : les gaous éco-citoyens !

Le célèbre groupe ivoirien donnait le 15 mars, à Paris, une conférence de presse. Objet du raout : l’annonce de sa prochaine et méga tournée africaine. Une tournée un peu particulière qui sera axée sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Magic System 20 ans IAMDIVAS

Conférence de presse des Magic System à Paris le 15 Mars 2017

On les aura connus en 2001, petits Poucets ivoiriens perdus dans la grande forêt parisienne et venus assurer la promotion de leur album Poisson d’avril. Puis, au fil des années, ils auront accédé à la cour des grands de la chanson africaine avant de devenir des stars de la scène francophone. Qui en effet, de Dakar à Kinshasa, ne connaît pas les riches heures de la saga Magic System ? « Premier Gaou » en 1999, le titre imparable, un des méga-tubes comme on en entend un tous les 5 ou 10 ans en Afrique. Un coup d’éclat qui allait être suivi de la conquête du marché francophone : Belgique, Suisse, Canada et surtout France. Au tableau de chasse du groupe : des tournées sur les cinq continents, 9 albums, 2 disques de platine, 16 disques d’or et des récompenses comme s’il en pleuvait !

Qui dit mie (titre d’un de leurs cds) ? Qui dit mieux ? Plus commerciaux qu’Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Salif Keïta, Youssou Ndour et autres Toure Kunda. Moins célèbres toutefois sur le plan mondial qu’un Manu Dibango, une Miriam Makeba ou une Cesaria Evora. Et alors ? Eux auront été les seuls à conquérir une place au soleil du marché des singles français – ils ont été notamment N°1 avec le titre « Même pas fatigué » en 2009 – c’est-à-dire ce qui constitue, dans le domaine de la chanson, la quintessence de la popularité. Comment oublier, entre autres souvenirs, les regards émerveillés de ces gamins venus spécialement, en 2005, écouter l’Afrique, autrement dit le Magic, dans ce petit club perdu près d’Angers, dans cette France profonde ?

Et les voici là, tous les quatre, Asalfo, Goudé, Manadja et Tino, ce 15 mars, dans les locaux de Radio France Internationale (RFI), devant un parterre de médias internationaux. Mais ce n’est pas pour égrener leurs souvenirs qu’ils donnent cette conférence de presse.  Il y a d’abord le désir de fêter leur 20 ans de carrière discographique, leur premier album, Papitou, étant sorti en 1997. Et surtout le souci de rééquilibrer leur parcours. Le groupe ne s’est-il pas rendu compte qu’à force de vouloir s’imposer en Occident, il en était venu à négliger les scènes africaines ?  Le « Magic Tour 20 ans » va corriger ce problème, et pas qu’un petit peu ! Du 28 juillet au 31 décembre 2017, les rois du zouglou vont visiter 14 pays du continent et donner 23 concerts (voir tableau plus bas) !

A écouter le speech presque solennel d’Asalfo, il y avait quelque chose de changé dans le royaume magique des quatre petits gars d’Anoumabo… Comme une manière de prendre acte de la gravité de la situation. Le leader du groupe n’hésitera pas d’ailleurs à citer la fameuse phrase prononcée par l’ex-président français, Jacques Chirac, lors du Sommet de la Terre en 2002 : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Apporter aux fans ce précieux « mieux-être », comme le définissait un journaliste ivoirien, insuffler cette envie de danser « bon enfant » aux « petits blancs », c’est bien, sensibiliser les populations aux effets du réchauffement climatique dont le continent risque d’être la principale victime, faire de chaque Africain un éco-citoyen, c’est encore mieux ! C’est ainsi qu’à chaque étape de la tournée sont prévues diverses animations en compagnie d’ ONG locales et de scientifiques, ainsi que des interpellations des pouvoirs publics sur la nécessité de s’approprier l’Accord de Paris sur le climat signé en 2015 en vue d’accélérer sa mise en oeuvre et l’application des engagements pris. Sacré défi « politique ». Le Magic System le réussira-t-il ? La réponse dans 6 mois.

Par Jean-Michel DENIS

CALENDRIER DE LA TOURNÉE

JUILLET/AOÜT 

Côte d’Ivoire.

OCTOBRE

Niger, Gabon, Nigeria, Ghana.

NOVEMBRE

Maroc, Guinée, Centrafrique, Cameroun.

DECEMBRE

Tchad, Burkina Faso, Togo, Benin, Guinée équatoriale.