Management : comment prévenir le Burn-out ?

Tout sur les outils qui marchent, les bonnes pratiques et les actualités liées au management.

Le syndrome de l’épuisement professionnel ou burn-out est un « terme anglais, emprunté au vocabulaire des techniques spatiales. La presse s’en est fâcheusement emparée pour désigner ce qui s’intitule proprement le « syndrome d’épuisement professionnel » et, plus souvent encore, l’état d’intense fatigue, la sensation d’avoir perdu toute énergie auxquels font allusion les commentateurs sportifs lorsqu’ils disent familièrement qu’un joueur ou un athlète est « carbonisé », « vidé », etc. » (source Académie française). Ce terme qui décrit ce que beaucoup de personnes subissent dans le monde professionnel a bénéficié de la reconnaissance du législateur depuis le décret du 7 juin 2016. On a désormais la possibilité entre autres de recourir à un médecin psychiatre, si besoin est.

Burn out IAMDIVAS

Nous n’allons pas, ici, mener une étude exhaustive de cette maladie, des cabinets spécialisées (Technologia par exemple) ainsi que le législateur, par le biais de certains accords nationaux interprofessionnels, l’ont fait déjà. Dans ce billet, nous allons vous aider à pouvoir éviter de tomber dans cette spirale infernale.

Parler du burn-out, c’est parler de la place du management dans une entreprise, de ses pratiques et surtout de l’estime que le salarié se porte à lui-même. A ce propos, on ne peut que vous conseiller de respecter votre « écologie » : apprenez à dire « non » avec douceur et respect. Non à la surcharge de travail, non au dénigrement de vos compétences, non à la violation de la convention collective s’il en existe une dans votre entreprise. Tous ces «non », loin de constituer des affronts à votre employeur, permettent plutôt de « redéfinir » votre cadre professionnel.

Parler du burn-out, c’est aussi parler des manquements de certains managers en général et des services des ressources humaines en particulier. Il faut revaloriser les moments clés de la vie en entreprise tel que « l’entretien annuel d’évaluation » qui permet de faire le point sur les objectifs du salarié et son « bien-être » dans la structure. De même l’entretien professionnel qui, lui, est obligatoire et doit être réalisé tous les deux ans permet de faire le point sur sa pratique et pourquoi pas sur les compétences à développer afin d’évoluer. Ces outils validés seront utiles pour « anticiper » le burn-out. N’oubliez pas que donner le meilleur de soi-même ne devrait pas se faire au détriment de sa santé, de ses valeurs.

Soyons vigilantes, les divas, et prenons soin de notre écologie personnelle en écoutant les signaux que nous recevons et surtout :

1/ Parlez quand vous sentez que la relation devient pesante ;

2/ Ne laissez pas les événements s’accumuler ;

3/ Privilégiez les moments qui vous sont offerts comme les différents entre- tiens avec les RH ;

4/ Respectez fermement votre écologie afin que les autres ne s’autorisent pas à la détruire ;

5/ Apprenez à dire non ;

6/ Et surtout, apprenez à vous féliciter. On n’est jamais mieux servi que par soi-même!

Car votre bien le plus précieux, c’est vous… Respectez-vous.

BURN OUT IAMAIDVAS

Par Octavie NDOGO-MENVIE, Consultant RH & coach professionnel.