Mon père, ce héros…

PHOTO 1

Ex-Black Panthers, Paul Coates est un homme noir, un intellectuel engagé. Vous le trouvez dans de minuscules librairies, inconnues du grand public, en train de vendre ces vieux bouquins salis et parfumés par la poussière de l’oubli racontant les plus belles histoires et légendes africaines. Vétéran du Vietnam, il se nourrit de tofu et dévore des films de François Truffaut. Pendant ce temps, ses fils, dont Tah Nehisi, devenu ce journaliste et écrivain qui compte dans l’Amérique d’aujourd’hui, apprennent, vivent et survivent entre éducation stricte et code de la rue. Ces rues de Baltimore Ouest où règne le crack, où valsent les coups de poings, où les armes à feu remplacent le chant des oiseaux. Le grand combat est un récit puissant mais lyrique, qui raconte avec emphase la complexité de la vie des ghettos black en Amérique. Ce roman, c’est aussi une ode à la paternité, une espèce en voie de disparition (environ 50% des enfants noirs américains grandissent dans des foyers sans père).

Par Marella Lumbila.

Le Grand Combat de Tah Nehisi Coates, Editions Autrement, 19€.