Patricia Nzolantima, serial entrepreneure

Elle a 38 ans, mène plusieurs projets à la fois et vient d’être consacrée comme une des cent dirigeantes africaines d’avenir.

Rencontre avec une battante.

L’institut français Choiseul nomme, chaque année, les cent jeunes dirigeants de moins de 40 ans promis à jouer un rôle majeur dans le développement économique du continent africain à l’avenir. En 2016, la Congolaise Patricia Nzolantima, 38 ans, était l’un d’entre eux. Rien de plus normal : elle rêve d’une Afrique qui gagne car elle a, elle-même, l’entreprise dans le sang. « Jai commencé dès mon enfance en vendant de la pâtisserie à l’école ». Avec ses bénéfices, elle achètera une machine à coudre et confectionnera des robes pour les dames de Kinshasa. Plus tard, elle ouvre un atelier puis fait des études de droit en RD Congo : son rêve est de devenir avocate, de défendre la cause des plus démunis.

Mais la femme d’affaires qui sommeille en elle ne demande qu’à s’exprimer. Installée en Afrique du Sud pour un temps, l’égérie des campagnes Vlisco suit un programme de Marketing Management et crée en 2008 sa première entreprise, ComunicArt, après avoir développé les stratégies marketing de grandes multinationales au Congo, en RDC et au Sénégal.

Deux ans plus tard, son entreprise fusionne avec le géant sud africain EXP- Agency donnant lieu à une nouvelle entité, EXP-Comunicart, une des premières agences de marketing en Afrique subsaharienne. Celle qui participe au G20 YEA (Young Entrepreneurs Alliance) depuis 2013 ne s’arrête pas là ! Elle lance un système de micro-crédit appelé « Femme davenir » , un magazine « International Working Lady » , des évènements de networking pour inspirer et apporter l’aide nécessaire à celles qui ont du mal à se lancer dans l’entreprenariat et aux femmes en général :  « Lier les mains des femmes, cest saboter la croissance dun pays… J’aimerais voir naître une nation mais aussi un continent qui aiderait la femme africaine à se surpasser, à réaliser son plein potentiel. »

Campagne Vlisco

Campagne Vlisco avec Patricia Nzolantima

 

Pour Patricia, le rêve africain est possible et la jeunesse du continent doit s’accrocher et savoir qu’elle a un avenir, et « pas forcément à l’étranger ». Cette jeune dirigeante aimerait créer dans son pays une banque dédiée aux femmes, favoriser la démocratisation de l’accès aux nouvelles technologies, promouvoir l’éducation gratuite pour tous et le développement d’infrastructures adaptées aux besoins des communautés : « nous navons plus de modèles de référence, regrette-t-elle. Nos parents pouvaient se référer à un Patrice Lumumba, à une sœur Anuarite par exemple. Aujourdhui, notre société ne produit que très peu de leaders capables dinspirer la jeunesse.». À l’heure d’offrir des cadeaux, pensez à son livre pédagogique « Le monde de Nyota » (International Working Lady, éd.)  destiné à inspirer les filles, les encourager à poursuivre leurs rêves et à ne pas baisser les bras malgré les contraintes et les obstacles.

Par Leslie Muya.