« Regarde-moi (Pas) dans les yeux… »

La lingerie, pour les femmes, c’est toute une histoire. Une mystérieuse histoire de l’intime, rythmée tant par l’évolution des mœurs sociales et des théories hygiénistes que par les contraintes du quotidien et le progrès technique. Chronique d’une affaire de femmes qui fascine tant les hommes.

Textes Betty Ntonye. Photos Alain Ngann Yonn. Coiffeur Claud. Make up BEE Makina. Stylisme merci à la boutique Candy lingerie. Mannequins, Olive Atangana, Viviane Kanga, Marion Maille, Glory Mbotake, Yolande Zoa.  

LINGERIE 00004

Depuis l’Antiquité où elle n’était qu’utilitaire servant à cacher la nudité, jusqu’au XXIe siècle actuel où elle est un accessoire de mode à part entière, la lingerie n’a cessé de se métamorphoser. Au XIXe siècle, les Occidentales de haut rang arborent une silhouette corsetée en « S », parfois si férocement lacée sous les fanfreluches que les malheureuses s’évanouissent au moindre coup de chaud. Eh oui, déjà à l’époque, il faut souffrir pour être belle.

Ouf, on respire…

LINGERIE 00005

Par chance, dès la première moitié du XXe siècle et les deux Guerres mondiales, les femmes, assumant le travail des hommes partis au front, sont affranchies de ce douloureux carcan. Ce qui était un sacrilège naguère est désormais admis : les chevilles, puis les mollets se dévoilent, le buste est maintenu par un simple soutien-gorge. D’abord purement pratiques, les bas et les porte-jarretelles ne tardent pas à devenir d’affriolants accessoires associés, dans l’imaginaire collectif, à la panoplie de la pin-up des années 1950. 

Abonnement !