Se ressourcer en Nouvelle-Zélande

Hier, on voyageait pour connaître le monde. Aujourd’hui, on part en Inde ou dans le désert pour mieux se connaître. Ce type de périple personnel est à la mode ! Notre journaliste l’a « testé » au pays des All Blacks et en est revenue pleine de sagesse. Récit.

Texte de Françoise Périer.

heathness-aora-voyagesOK

Berceau de la culture maorie, Aotearoa, la « Terre du long nuage blanc », est un haut lieu de l’accomplissement de soi. C’est dans une baie mythique abordée par les plus grands explorateurs que nous sommes allés à la découverte de notre monde intérieur. Là, nous avons appris à identifier et à dompter doutes et peurs, le tout orchestré avec brio et en musique par le Québécois Guy Corneau, ténor du développement personnel.

Quête du Graal des temps modernes, le voyage de développement personnel séduit des voyageurs en recherche de lieux naturels préservés (Pérou), de cultures authentiques (Mongolie) ou de traditions de sagesse (Tibet).

Si autrefois, on partait connaître le monde, aujourd’hui on voyage pour soi et pour ne pas passer à côté de sa vie. Pèlerinage en Inde, randonnée dans le désert, séjour aux antipodes pour « cheminer vers la Joie », ce nouvel art du périple connaît de plus en plus d’adeptes. Mais quand vous avez la chance d’être guidé par un trio de choc (Guy Corneau accompagné d’un jeune musicien talentueux, David Lesage et de Valérie Decoupigny, la gérante d’Aora Voyages), tout devient magique. Avec pour toile de fond, les paysages grandioses de la Nouvelle-Zélande et les pratiques traditionnelles maories, la métamorphose est assurée. 

Abonnement !